Les maux des mots : Un impact révélateur

Un mot peut blesser, un autre peut réconcilier. Les mots possèdent un réel pouvoir et sont capables de grande influence autant sur les autres que sur soi-même.

Quel est l’impact des mots à l’heure où la communication est si importante ? Quels maux cachent les mots ?

Mettre des mots sur les maux

Les mots que nous employons en disent long, ils sont parfois utilisés à tort et à travers. Ce ne sont pas les mots en eux-mêmes qui nous impactent mais la réalité émotionnelle qu’ils laissent derrière.

Les mots sont des symboles qui activent des boutons poussoirs selon notre sensibilité émotionnelle. Divers mots peuvent éveiller différents maux.

Les mots déclenchent des idées, des sensations, des concepts, des sentiments, des désirs liés à la mémoire interne.

Souvent nous employons des mots sans discernement et sans en comprendre leur sens exact, leur origine. Il faut comprendre leur sens étymologique avant de les employer. Ils peuvent ainsi avoir un réel impact et rester graver dans la mémoire.

Il n’y a pas de méthode plus puissante que d’influencer les hommes avec des mots.

Platon disait « La perversion de la cité commence par la fraude des mots ».

Les mots peuvent être trompeurs

Les mots peuvent influencer les autres. Ils ne sont pas que de simples articulations de phrases, ils ont un pouvoir qui nous laisse rarement indifférents. Ils ont une force énorme pour convaincre les autres, ils sont une arme, un outil de domination ou de pouvoir.

Dès l’Antiquité avec les sophistes, qui se servaient des mots pour persuader et séduire le public, beaucoup sont arrivés à leur fin car c’étaient de grands orateurs qui par la maîtrise du discours ont pu obtenir des postes de pouvoir.

Il en est de même aujourd’hui avec les personnes que nous rencontrons ou bien nous-même, pour parvenir à des fins personnelles et de convaincre sans même parfois s’en rendre compte (persuader sur un sujet, demander une augmentation, faire du chantage par exemple).

Le silence est d’or… ou pas

Se taire, enfouir, engendre des maladies (mal à dire). A force de bannir, nier, refouler nos émotions, il se produit plusieurs phénomènes sur le corps.

Soit l’on conserve nos émotions pendant des années et des années et elles vont s’exprimer de manière disproportionnées. Soit les émotions sont transformées en maux physiques (mal de dos, mal de gorge etc). Soit on déverse nos maux sur notre entourage, car nous avons quelque chose qui nous a mis en colère, la personne réceptionne la colère qui va la déverser sur une autre personne ou ses enfants…et c’est un cercle vicieux. Les émotions ont une raison d’être, elle nous informent sur notre état interne, sur la satisfaction ou non de nos besoins.

Certaines émotions sont socialement cataloguées. « Si tu es énervé, si on te voit pleurer… » « Contrôle-toi ». On entend souvent ce type de paroles qui crée un terrain idéal pour la formation de maladies physiques ou mentales.

Quand on nie nos émotions, leur mouvement est dirigé vers notre intérieur qui affecte nos muscles intérieurs.

Anesthésie et refus d’être en relation avec soi-même

Derrière la façade de contrôle d’émotion, cela provoque une transformation temporaire. Tôt ou tard elles ont besoin de sortir d’une manière ou d’une autre.

En général, les émotions refoulées vont avoir un impact négatif dans nos relations affectives (amour, enfants, parents). On dit surtout que cela impacte les relations amoureuses et gêne la complicité, l’harmonie, la sécurité. Une insatisfaction perpétuelle, qui fait que le plus souvent nous blâmons l’autre de ne pas nous donner ce dont nous avons besoin.

C’est un mécanisme de défense qui sur du long terme, si nous avons un événement plus perturbant qu’un autre peut décupler ce phénomène et faire en sorte que nous n’arrivons plus du tout à contrôler nos émotions.

Angoisse, panique, troubles digestif, insomnie, stress et bien d’autres…. « Cela amène souvent au sentiment de survivre et non de vivre »

Si on ne ressent plus, c’est qu’on est anesthésié. Il est alors important de mettre des mots sur les maux et d’exprimer au mieux son ressenti. Symptômes physiques ou mentaux, chaque cause a un lien.

Un exercice qui permet de commencer petit à petit à gérer ses émotions est dans un premier temps de s’écouter.

  • Prendre une feuille de papier et noter chaque émotion ressentie à ce moment même. Il faut apprendre à sortir du refoulement.
  • Respirer et prendre du recul. Parvenir à se dire « je suis en colère/triste » Qu’est ce que cela m’apporte d’être dans cet état ou d’agir comme cela ?

« L’erreur à ne pas commettre est de considérer ses émotions comme ennemi ».

L’émotion est une énergie qui doit être canalisée. On peut parvenir à réduire son intensité.

Pratiquez l’autosuggestion

Pratiquez l’autosuggestion, c’est-à-dire se demander si une personne vivait la même chose, quelles questions lui poseriez-vous ? Quels conseils lui donneriez vous afin de l’apaiser ? Parlez-vous comme à un ami.

  • Prenez du recul et du détachement face à la situation. Gardez des images positives. Ne pas réagir tout de suite et se laisser le temps de la réflexion. Laissez vos émotions se calmer pour avoir une réaction plus positive. Attendez que la raison prennent le pas sur l’émotion.

C’est un pilotage qui demande de l’entrainement que de gérer ses émotions. Essayez d’en parler en toute simplicité.

Si vous vous concentrez sur ce qui vous énerve, tout ce que vous verrez ce sont des raisons d’être énervé. Si vous vous concentrez sur ce que vous aimez vous ne pourrez pas vous empêcher d’éprouver du bonheur.

Voilà quelques petits conseils qui, à force de répétition sont un petit pas vers le bonheur ! J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à me donner votre avis ci-dessous, il est anonyme (pouce, smileys etc) et, si vous le souhaitez, commentez sous l’article.

Je vous embrasse.

Marinouchka ♥

 

« Etre heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections » Aristote

Un commentaire sur “Les maux des mots : Un impact révélateur

  1. Audrey says:

    Coucou Marina !
    En effet, les mots sont des outils qui peuvent faire autant de bien que de mal. A nous de les utiliser à bon escient et de façon raisonnée afin de de ne répandre que de jolies choses autour de nous !
    Bisous !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *