Nous sommes plus forts qu’on ne le pense : La résilience

On ne se libère pas d’une chose en l’évitant mais en la traversant.

Cesare Pavese

La résilience c’est la capacité à faire face aux adversités de la vie. Transformer la douleur en force motrice. On les appelle souvent « les blessés de l’âme ».

Elle nous permet de nous reconstruire si l’on a été affecté par un traumatisme quel qu’il soit et nous en avons tous la capacité.

Un moyen de défense

Face à des événements traumatiques, certains s’en tirent mieux en résistant aux pressions et le corps reprend une structure initiale.
En psychologie, la résilience c’est « la capacité à réussir à vivre et à se développer positivement, de manière socialement acceptable, en dépit du stress ou d’une adversité qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative. »

En général, dès l’enfance, on met en place des moyens de défense comme le déni face à des événements traumatiques. Le déni permet de ne pas voir une réalité dangereuse ou de banaliser une blessure douloureuse. Les autres mécanismes de défense sont la rêverie, l’intellectualisation, l’abstraction et enfin l’humour.

Il y a 8 processus de résilience :

  1. La défense-protection ;
  2. l’équilibre face aux tensions ;
  3. l’engagement-défi ;
  4. la relance ;
  5. l’évaluation ;
  6. la signification-évaluation ;
  7. la positivité de soi ;
  8. la création.

Le mécanisme d’une personne résiliente

– Une personne résiliente passe par une révolte et un refus de se sentir condamné au malheur.
– Viennent ensuite le rêve et le défi, c’est à dire le souhait de sortir d’un traumatisme plus fort, en atteignant un objectif.
– On note aussi l’attitude de déni, qui consiste à se créer une image de personne forte afin de se protéger de la pitié de l’entourage, même si une fragilité intérieure demeure.
– Enfin l’humour : un résilient a tendance à développer une forme d’autodérision face à son traumatisme. Une manière de ne pas se complaire dans la tristesse et de cesser d’être exposé aux yeux des autres comme une victime de la vie. Source : aufeminin.com

Chaque traumatisme laisse une trace et on apprend à transformer consciemment ou inconsciemment la souffrance en rage de vivre et on avance.
Pour surmonter des épreuves, certaines personnes ont dû puiser au fond d’elles-mêmes et faire un travail énorme pour se sortir d’un événement traumatique. Et nous avons tous cette capacité.

Une personne résiliente comprend qu’elle est l’architecte de sa propre joie et de son propre désir. C’est pourquoi on ne se libère pas d’une chose en l’évitant mais en la traversant.

2 Commentaires sur “Nous sommes plus forts qu’on ne le pense : La résilience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *